Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
DojoClub Evreux Judo originel et Jujitsu

Montreuil - mars 2011

Dojo Club d'Evreux

Suite au stage de Montreuil (du 19 au 20 mars 2011), au cours duquel le dimanche matin nous avons travaillé le KOSHIKI NO KATA.

Aperçu de lecture. D’après un texte de Maître Michigami – commentaire sur KOSHIKI NO KATA.

Le KOSHIKI NO KATA (formes antiques) représente la transition exacte du vieux Jujutsu au Judo puis pour nous au Junomichi. Le Jujutsu étant la forme initiale, il renfermait une grande partie de la violence parfois mortelle du samouraï.

Monsieur Kano a imposé ensuite le judo comme art du développement de la personnalité, en éliminant les mouvements dangereux, en créant les brise-chute avec l’intention d’ajouter à la partie sportive un but éducatif du corps et de l’esprit. C’est ce qui nous a amené à créer le Junomichi, continuation du désir de Maître Kano.

Maître Kano étudia les katas de l’école Tenshin-Shin avec maître Iso Masashi, il fût ainsi initié aux secrets de cette école avec trois autres éminents disciples. Maître Iso mourut en juin de l’année ou Kano sorti diplômé de l’université. Maître Kano étudia ensuite le style de l’école Kito chez le maître Iikubo Tjunehira dans un centre d’études des Arts Martiaux (1850-1860).

Si l’on regarde différents maîtres dans l’exécution, comme souvent, on s’aperçoit que des différences existent dans l’exécution suivant les écoles.

Pendant les 14 premiers mouvements du KOSHIKI NO KATA, Tori et Uke exécutent les mouvements avec une certaine lenteur. Ce sont deux samouraï traditionnels censés porter leur armure et démontrant les techniques originales dans l’esprit même du Judo. Citation de Me Michigami « A l’ opposé de la lourdeur de la 1ère série, la seconde série de ce kata est légère, joyeuse, ondulante comme une mélodie exécutée d’un seul tenant sans interruption.

C’est l’exaltation, après la rude bataille : l’harmonie. Les techniques qui s’enchainent à une allure rapide expriment une libération au sens de l’esprit et du corps car les deux samouraï se sont débarrassés de leur armure après le combat ».

La 1ère partie dite OMOTE fait opposition à la 2ème partie dite URA. Chaque mouvement est empreint de définition pratique telle : dans un rêve – cours d’eau – averse du soir – cascade. Termes évocateurs : le saule – la neige – la vague – le rocher comme pour souligner un retour aux sources de la nature où l’homme est un élément de celle-ci et qu’il doit être en harmonie avec elle et l’univers.

L’apprentissage est lent et difficile, mais sa récompense finale peut se traduire par une approche de la sagesse une sérénité intérieure, la maîtrise de son propre corps et celle du partenaire.

Maître Michigami concluant son article en disant que la beauté est l’expression de l’efficacité.

Il est recommandé de lire le livre Junomichi l’origine du Judo suivi de Junomichi Nokobota où vous trouverez tous les renseignements fourni par maître Correa qui vous enseigna ce kata selon sa forme de corps qui lui est propre notamment dans la forme des chutes latérales droites et gauches qui sont spécifiques à notre école, mais qui viennent de Maître Michigami à l’origine.

C.Demarre

Commentaires